Présentations des plantes

 

 

 

Le Cymbidium est devenu en quelques années un genre essentiellement commercial en raison de l'ampleur de la beauté de ses tiges florales ainsi que de leur longue durée de vie, tant sur pied que coupées.

Les Cymbidium produisent des gros pseudo-bulbes globuleux, ovoïdes, portant plusieurs grandes feuilles dures et étroites en forme de lanières disposées en éventail.

Les tiges florales sont soit retombantes soit dressées, atteignant parfois 1 m et davantage.

Les quelques espèces cultivées en serre chaude sont issues de régions tropicales d'Indonésie et des forêts humides des Philippines. D'autres plus à l'aise en serre tempérée, sont issues du Japon, de Chine, Taiwan et d'Australie. Enfin, les espèces de serre froide proviennent des hautes régions montagneuses du Nord de l'Inde, de l'Himalaya, de Birmanie, de Thaïlande et du Vietnam, où les écarts de t° entre le jour et la nuit sont énormes. Ces dernières ont servi à fabriquer les hybrides modernes que nous connaissons.

Ainsi, bien que le Cymbidium se développe parfaitement en serre ou en appartement, où la t° nocturne est toujours supérieure à 15°C, il est absolument certain que la plante ne fleurira jamais. Une importante chute de t° est nécessaire et indispensable afin d'induire le processus de floraison. La plupart de ces plantes supporteront donc une t° nocturne de 7°C-8°C et vous récompenseront d'une belle floraison, si, le jour, elles doivent endurer de 15 à 25 °C. Ces conditions, faciles à prodiguer en hiver, sont plus délicates en été où un rafraîchissement maximal des plantes est à envisager : il n'est pas rare alors de voir l'amateur vider la serre de ses Cymbidium et de les placer en situation aérée et légèrement ombragée. Les plantes seront alors rentrées sous abri au frais peu avant les premières gelées.

Les Cymbidium demandent toute l'année assez d'humidité aux racines. Malgré la présence de pseudo-bulbes, réserve alimentaire et énergétique de la plante, il conviendra de bassiner et d'humidifier la plante, même en hiver. Les arrosages et pulvérisations seront effectués en hiver de préférence le matin et par temps ensoleillé quand le besoin se fait sentir. En été, dès que la T° monte, un arrosage journalier sera nécessaire.

Laissez le substrat sécher légèrement entre deux arrosages.

Les engrais dilués seront donnés tous les 15 jours, en période de croissance : un engrais équilibré au printemps et en été, puis un engrais à forte dominance potassique pour l'automne.

Jamais d'engrais sur une plante dont le compost et les racines sont secs ni pour une plante fraîchement rempotée ou divisée.

Les Cymbidium sont des plantes avides de lumière. Les plantes seront donc placées aux endroits recevant un maximum de luminosité sans toutefois subir un bombardement intensif des rayons solaires qui brûleraient irrémédiablement les feuilles et peut-être la plante entièrement.

Quand les rempotages s'avèrent nécessaires, il seront effectués immédiatement après l'enlèvement de la tige florale, avant la fin du printemps pour toutes les plantes qui ne sont plus en tige, afin d'assurer une bonne formation au nouveau bulbe.

Les racines sont nettoyées de tout compost antérieur ainsi que les racines mortes, sèches ou pourries seront éliminées pour éviter toute contamination du compost frais.

Le rempotage peut s'accompagner d'une division de la plante : chaque partie comportera toujours un minimum de 3 bulbes pour assurer une bonne reprise.

Après rempotage, la plante sera tenue au sec pendant environ 2 semaines puis les arrosages seront graduellement repris ainsi que les apports d'engrais dilué.

Les Cymbidium ne connaissent que fort peu d'ennemis. Trop de sécheresse attire l'araignée rouge que l'on éradique en augmentant le taux d'hygrométrie autour de la plante en la vaporisant régulièrement. La présence de cochenille à carapace ou farineuse est à proscrire ; si l'invasion n'est pas trop importante, elle se fera au moyen d'un coton tige imbibé de méthanol. Si la plante est envahie, seul un insecticide systémique en viendra à bout.

Les limaces, derniers ennemis du règne animal, seront combattues au moyen d'appâts spécialement prévus à cet effet.

Enfin, les maladies fongiques sont très peu fréquentes, sauf si la plante se trouve dans des conditions de culture très défavorables.

La seule maladie causant la perte irrémédiable de la plante est la mosaïque du Cymbidium caractérisée par la présence de taches sur les feuilles et les fleurs, ces dernières étant la plupart du temps malformées. Ce genre d'infection est grave et toute plante atteinte est à éliminer au plus vite afin d'enrayer toute épidémie fatale aux autres plantes de la serre.

Voici quelques espèces à signaler :

- Cym . Alcifolium, syn. Pendulum ( Birmanie)

- Cym. Eburneum ( nord de l'Inde)

- Cym. Insigne , syn. Sanderae ( Annam)

- Cym. Lowianum ( Birmanie)

- Cym. Tracyanum ( Birmanie)

Cephalotus